La fraiseuse à commande numérique est l’une des machines phares d’un Fablab. Elle permet d’usiner des pièces en bois ou en plastique : couper, sculpter, graver. C’est une machine multi-fonctionnelle utilisable par tous, quelque soit le niveau.

Très simple d’utilisation, elle fonctionne en lien avec les principaux logiciels de design et de prototypage, tels que Inkscape, Corel Draw, Ilustrator etc… Avant de lancer la création, assurez-vous que votre fichier source est bien au format SVG.

Il vous est possible de changer régulièrement la fraise afin de vous adapter aux différents projets. Pour le bois par exemple, les fraises carbures monobloc sont idéales. Elles permettent de travailler aussi bien le bois massif que l’aggloméré.

Il y a encore quelques années, ces fraiseuses étaient réservées aux industriels. Aujourd’hui, leur taille s’adapte aux amateurs qui peuvent créer directement de chez eux ou en Fablab. Apprendre à se servir d’une fraiseuse à commande numérique passe surtout par l’expérience. Commencez par un petit projet de gravure pour tester les différentes tailles de fraises avant de vous essayer aux moulures.

Quels projets peut-on réaliser à partir d’une fraiseuse à commande numérique ? La pyrogravure est une discipline pour laquelle la fraiseuse est d’utilité première. A partir d’un dessin vectoriel créé sur ordinateur (en format SVG), la fraiseuse trace les contours sur le morceau de bois de votre choix. Il vous faudra bien entendu entrer toutes les informations sur la profondeur et la largeur de gravure, à partir d’un code que vous entrerez dans le logiciel en question.

La pyrogravure n’est pas la seule activité dans laquelle la fraiseuse à commande numérique intervient. En électronique, elle est aussi d’une grande utilité. Non, elle ne permet pas de souder les composants, mais bel et bien de tracer les contours du circuit électronique. Celui-ci est généralement gravé sur une petite plaque de plastique.

Sur le bois, la fraiseuse à commande numérique peut aussi permettre de créer des reliefs décoratifs en 3D. Le dessin doit en revanche rester assez simple puisque la plupart des machines de ce type ne prennent pas en charge les courbures. On parle pour cela d’usinage 3D « bas relief ». Une technique intéressante pour ajouter des points de reliefs sur d’anciens meubles, par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *